6 principes pour avoir une bonne gestion des noms de domaine

Home| Articles| Gestion de projet, Gouvernance digitale, Poleetic| 6 principes pour avoir une bonne gestion des noms de domaine

6 principes pour avoir une bonne gestion des noms de domaine

Gérer un portefeuille de nom de domaine nécessite une vraie compétence. Prenez par exemple le cas d’Unilever et de son portefeuille de marque. Wikipedia nous apprend :

 » Unilever possède plus de 400 marques dans le monde, dont 13 ont un chiffre d’affaires s’élevant à plus d’un milliard d’euros et 8 à plus d’un demi-milliard d’euros. Ensemble, les 20 marques principales d’Unilever représentent environ 70 % des ventes au niveau mondial. «

Pour ce type de structure, on comprend pourquoi la gestion et la protection des noms de domaine nécessitent des contrats-cadres avec des prestataires spécialisés, des méthodes et politiques appuyées par une Gouvernance Digitale (ou e-gouvernance).

Mais comment une plus petite structure (exemple un réseau de franchise ou une enseigne multi-service) peut être efficace sur la gestion de ses noms de domaine ? Je vous présenterai ici un ensemble de méthodes qui vont vous permettre d’éviter la perte de domaine stratégiques.

Je ne parlerai pas ici de l’utilité de déposer toute les extensions possibles, ni de faire des dépôts de votre marque avec des erreurs de frappe. C’est votre politique de nom de domaine (et votre budget) qui vous le dira…;-)

1)  Activer le renouvellement automatique

Cela peut paraitre basique, mais  quand on parle de noms de domaines utilisés pour vos emails / newsletter ou pour votre business (e-commerce, espace client etc.), ne cherchez pas à grappiller 3 ou 4 euros, le jeu n’en vaut pas la chandelle !
Surtout si les renouvellements doivent se faire lors d’une indisponibilité personnelle (vacances, maladie etc.) ou professionnelle (Séminaire à Las Vegas, en pleine livraison d’une nouvelle version de site etc.). Comme dit ma grand-mère : La tranquillité n’a pas de prix !

2)  Renseigner les comptes et WHOIS avec un mail ALIAS

Justement pour pouvoir subvenir aux absences et déplacements, il est préférable de renseigner les comptes que vous avez chez votre ou vos registrar (ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier), ainsi que votre WHOIS, avec un mail « alias ».
Un mail alias est un email générique qui va être réceptionné par plusieurs personnes. Ainsi en cas d’alertes sur des délais de paiement ou coupure de service, ce n’est pas une personne qui est prévenue mais plusieurs.

Vous pouvez mettre dans ce groupe des personnes parties prenantes du site internet : IT/marketing / Communication / Propriété Intellectuelle.

3)  Mettre des outils de SNAP sur vos propres domaines

Les outils de « Snap domain » sont des robots qui vont regarder régulièrement si le domaine que vous souhaitez est libre, et s’il se libère, ces robots l’achètent pour votre compte (sauf si quelqu’un avait mis un autre outil de SNAP et une plus grosse somme…;-)

Rien ne vous empêche de mettre des outils de Snap en route sur vos propres domaines. Une assurance en plus en somme. Surtout qu’en cas de changement de registrar, c’est souvent là où les options initialement configurées (exemple renouvellement automatique ) sautent ou ne sont pas réintégrées.

Sachant que si vous êtes CDO (Chief Digital Officier) ou DSI, la perte d’un nom de domaine stratégique peut vous couter votre poste, vous mettrez bien un petit billet sur ces services.

Voici des services de SNAP :

4)  Mettre des « Alerts Domain » sur vos marques

Là on fait d’une pierre – 4 coups ! Les services d’alerts domain vous notifient quotidiennement des noms de domaine déposés ou qui vont tomber et qui contiennent une sémantique définie.

Ainsi grâce à ces services :

  • J’ai une alerte supplémentaire sur mes domaines qui arrivent à expiration
  • J’identifie les initiatives locales de mon réseau de sites (sites marques, pays ou franchise)
  • J’identifie des anciens noms de domaine à valeur (notoriété SEO) que je pourrais racheter
  • J’identifie des initiatives de mes concurrents ou des sites de contrefaçon

Vous trouverez ce genre d’offre chez Netnames ou DomainTools

5)  Google Webmaster Tool

Veillez bien à avoir tous vos sites dans votre Google Webmaster Tool. Dès que votre nom de domain sera désactivé par votre registrar (changement de statut en delete ou redemption), votre site ne sera plus accessible. Et là on utilise Google (il nous utilise bien assez au quotidien…). Vous recevrez un mail dans les 48h avec en objet :

[Outils pour les webmasters] http://www.monsite.fr/ : Googlebot ne peut pas accéder à votre site.

Dans ce cas, soit :

  • votre serveur est down
  • votre serveur bloque google
  • votre domain est tombé ou mal redirigé !

6)  Alertes d’indisponibilités de service

Idem à la technique avec Google Webmaster Tool, mais bien plus rapide : alerte entre 15 et 30 minutes après coupure.

Des robots regardent toute les 15 ou 30 minutes la présence d’une phrase précise sur une url définie. Si lors du crawl, ce robots de monitoring tombe sur une page vierge ou 404, il vous envoie une alerte.

Petites astuces avec ce genre de service :

  • Les sortir de vos statistiques en identifiant leur User Agent
  • A utiliser pour mesurer la performance de vos prestataires :
    • SLA ( service level agrement): temps de disponibilité contractuel du site par mois ou trimestre
    • temps de réactivité lors des coupure de services

 Exemple de service de monitoring : http://mon.itor.us

Voilà, les noms de domaines sont 1 exemple parmi tant d’autres éléments critiques partagés par les différentes fonctions d’un projet web (Marketing, communication, IT, CDO, PI et juridique).
Avec ces 6 principes, je ne vois pas comment vous pourriez perdre de nouveau un nom de domaine… Avec ce premier article vous venez de mettre la première pierre à votre dispositif de Gouvernance Digitale.